Un Avis de lecture

L'Épouvanteur

By Joseph Delaney
September, 2018

De son titre original « Les Chroniques de la Pierre des Ward », la série de l’Epouvanteur s’inscrit dans le genre Fantasy/Horreur.

Attention, histoire à ne pas lire la nuit. – Message inscrit au dos de chaque tome.

Je vous conseille de prendre cet avertissement au sérieux ! Car, sans jamais choquer complètement, l’auteur y fait figurer des moments plutôt sanguinaires et violents ; de quoi vous donner la chair de poule, sans toutefois vous traumatiser complètement. L’histoire demeure donc accessible pour une jeune audience.

La série comporte en tout 14 tomes, en plus de quelques hors-série. Dans chaque tome une aventure nous est contée du point de vue de Tom Ward, le jeune apprenti épouvanteur âgé alors de treize ans qui doit compléter sa formation de cinq ans chez John Grégory -le maître épouvanteur.

Le fait que l’histoire soit racontée du point de vue de Tom à la manière d’un journal est très appréciable. Cette proximité crée un attachement rapide avec ce jeune personnage que l’on voit grandir et troquer son innocence contre la réalité d’une existence régie par de rudes épreuves.

On ne devient potentiellement épouvanteur qu’à condition d’être le septième fils d’un septième fils. Si l’on remplit cette condition, cela signifie qu’on est doté de certaines capacités particulières que les gens normaux n’ont pas. Par exemple : le fait d’avoir une meilleure visibilité dans le noir, d’être capable de sentir l’approche d’une entité maléfique et le fait d’être doté d’une meilleure résistance contre les sortilèges. De par ses attributs, des aventures, ou devrais-je plutôt dire des mésaventures, mêlant ombres, fantômes, sorcières, gobelins et autres créatures maléfiques, deviennent rapidement le quotidien du jeune Tom ; dont l’apprentissage loin d’être achevé, se promet d’être long, et truffé de dangers et d’erreurs fatales.

Spoiler alert

L’histoire paraît d’abord simple, et par simple je veux dire qu’au début la frontière entre le bien et le mal est claire et nette. On est soit du côté de la lumière, soit du côté de l’obscur. On est soit une sorcière bénévolente soit une pernicieuse par exemple. Mais, au fur et à mesure, on voit apparaître une zone grise dans laquelle le bien et le mal prennent des formes plus complexes. Les décisions deviennent bientôt moins faciles à prendre, la magie noire devient un mal nécessaire ; des alliances inhabituelles se créent des deux côtés, les principes les plus strictes se voient ébranlés et à force de faire des compromis, se compromettre soi-même devient inévitable.

Ce que j’aime dans les personnages de Delaney c’est qu’ils subissent tous pour la plupart ce conflit intérieur, que l’on soit du côté de la lumière ou de l’obscur. Ce contraste est très présent dans le personnage de Tom et de la jeune Alice. D’un côté, Tom est un apprenti épouvanteur destiné à combattre l’obscur. Il ne doit en aucun cas se compromettre. Cependant, avant même qu’il commence à s’en rendre compte, pour survivre et pour sauver le comté, il est douloureusement mis devant la contrainte difficile de faire de sérieux compromis avec l’Obscur. D’un autre côté, Alice, une jeune fille née dans une famille de sorcières, lutte contre ce qui semble être sa destinée en prenant ses distances avec ce monde. Mais, elle se retrouve à employer la magie noire pour venir en aide à son entourage, et la menace constante qu’elle pourrait à tout moment basculer du mauvais côté pèse lourdement sur elle.

Ainsi, une question constante plane tout au long du récit : Combattre le mal par le mal est-ce mal ? On pourrait dire que la réponse la plus simple est que : “oui, c’est mal”. Parce que le prix à payer est toujours trop cher et qu’on ne peut faire de compromis sans se compromettre soi-même. Mais, dans la réalité les enjeux peuvent parfois pousser à prendre cette décision difficile de contrer le mal par le mal. Et alors dans ce cas, il faudrait être pleinement prêt à en assumer les conséquences.

C’est essentiellement ce thème de dualité qui m’a le plus plu.

Au sens moral, le bien et le mal, semblent être deux notions distinctes. Cependant, la variable humaine rend cette frontière peu étanche. Il devient alors compliqué de juger quelqu’un comme étant purement bon ou purement mauvais sur seule base de ses actions. Bien évidemment, il ne suffit pas de justifier un acte mauvais pour déculpabiliser une personne coupable. Mais parfois, le raisonnement est paralysé par l’inconscience de faire du mal, ou bien encore par la conscience de celui-ci mais dans le but d’accomplir un bien plus grand (je parle toujours dans le cadre du thème de l’histoire). Et alors, tout en demeurant cohérent, l’on arrive à réunir deux notions contradictoires.

Voilà pour les points concernant les éléments de l’histoire qui m’ont interpellé.

D’un autre côté, en tant qu’écrivaine je m’intéressais aussi à la méthode de travail de Joseph Delaney qu’il décrit comme un processus de découverte.

Je ne construis jamais le plan détaillé. Les éléments de l’histoire m’apparaissent à mesure que j’écris. – Extrait interview_tome 9.

Malgré le nombre incroyable de ses tomes qui demeurent cohérents, l’auteur ne planifie pas l’intrigue trop loin et ne sait souvent pas ce qui va se dérouler avant de l’écrire. C’est à dire qu’il construit l’intrigue au fur et à mesure.
Le point fort dans le récit de Delaney je trouve, est sa capacité à générer des dialogues qui sans peser dans la lecture, dévoilent la personnalité de ses personnages et font avancer l’histoire d’une manière très fluide et très agréable. Son style descriptif est très minimaliste, il préfère d’ailleurs laisser une place à l’imagination du lecteur. C’est aussi ce qu’il fait dans les scènes d’horreur ; il construit ce moment sans rentrer dans plus de détails, juste en donnant quelques indications.

Si vous êtes un féru de Fantasy et si quelques frissons d’horreur ne sont pas pour vous déplaire je vous conseille de tenter la saga. Ces livres sont incroyablement addictifs et surtout très divertissant ! Lisez au moins le premier tome pour vous faire votre propre idée.

SUGGESTIONS

Revenir À l'Accueil