Un Avis de lecture

Lettre au père

By Franz Kafka
June, 2019

Très cher père, Tu m’as demandé récemment pourquoi je prétends avoir peur de toi. Comme d’habitude, je n’ai rien su te répondre, en partie justement à cause de la peur que tu m’inspires.

C’est ainsi que commence la lettre de Franz Kafka pour son père, une lettre désespérée trempée dans la peur mais aussi l’espoir d’un apaisement. Une lettre qui ne saura jamais parvenir aux mains de son destinataire. En la rédigeant, il tente de répondre aux accusations de son père qui l’accuse constamment d’ingratitude, qui le culpabilise d’avoir “mené la grande vie” grâce aux sacrifices qu’il a fait pour lui -et ce dans un rappel constant, qui se reproduit à l’infini dans sa tête jusqu’à le pousser à l’isolement, au sentiment de nullité, à l’envie de fuir et enfin à la maladie.

Entre admiration et peur profonde, Franz souffrira de cette dominance paternelle -étant en plus, seul garçon de la famille- et ira jusqu’à le déposséder de lui-même. Dans sa tentative de faire plaisir au père, de lui ressembler, une identité fragile est forgée, qu’il tentera de rétablir toute sa vie.

Après avoir lu “lettre au père” on comprend très vite que les oeuvres de Franz couvrent un malaise personnel profond. L’origine de son génie kafkaïen est en fait la représentation littéraire d’une relation compliquée avec son père. Ses oeuvres sont des manifestations de l’horreur qu’il vivait sous le joug d’un père autoritaire, peu tendre envers lui, qui tentait de faire de lui un homme selon ses propres termes, sans jamais être satisfait.

Si vous avez lu “la métamorphose”, vous avez certainement ressenti la répugnance de cet univers gluant, infecte, fétide, dérangeant. Peut être aussi étiez-vous confondu entre la pitié et le dégoût pour cet insecte géant, monstrueux, “ce parasite” -un terme qui revient dans sa lettre en mettant ces mots dans la bouche du père.

(…) Et le combat du parasite qui, non seulement pique, mais encore assure sa subsistance en suçant le sang des autres. (…)

Cette lettre est à l’image d’une discussion qui n’aura jamais lieu, une tentative d’établir le dialogue, une confrontation avortée, stérile ; ce qui rend plus tragique encore la vie et les oeuvres de Franz Kafka.

Si vous ne connaissez pas Kafka, je vous invite à découvrir “lettre au père”, c’est un livre très court qui vous permettra de comprendre sa personne et sa “source d’inspiration”.

SUGGESTIONS

Revenir À l'Accueil